Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mike Oldfield

Mike-1978.jpgMike Oldfield, compositeur, guitariste, et multi-instrumentiste britannique est l'objet de ce blog, où je viens ajouter, occasionnellement, une bribe de biographie ou  quelques informations sur sa riche discographie.

Recherche

Flash infos

11/03/2014 : le nouvel album "Man On the Rocks" est entré dans les classements britanniques en 12e position. Mike Oldfield prépare une version radio de "Moonshine" pour continuer à promouvoir l'album et espère pouvoir percer sur le marché américain.

Archives

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Geo Visitors Map

Articles Récents

20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 21:54

Après vous avoir proposé un fichier de coordonnées consultable avec Google Earth présentant les lieux de vie de Mike Oldfield depuis sa naissance (voir cet article), je vous propose maintenant un tour du monde au travers de tous les lieux marquants de la musique de Mike Oldfield : lieux ayant influencé ou inspiré sa musique, ses pochettes, ses titres d'instrumentaux, ainsi que les lieux des concerts les plus remarquables de Mike.

 

GoogleEarth2

 

Pour le télécharger, cliquez sur l'image ci-dessus ou bien ici.

 

Contrairement au fichier proposé précedémment, qui ne proposait que des vues aériennes, les emplacements de ce fichier nommé "Places related to Mike Oldfield's music" sont paramétrés pour profiter des effets 3D de Google Earth.

Il convient donc d'une part d'activer l'affichage des Bâtiments 3D (en bas à gauche de Google Earth) et d'autre part d'afficher le relief (Outils>Options>Vue 3D puis dans "Qualité du relief" mettre le "facteur d'élévation" à "2").

 

Sans l'affichage du relief, vous n'aurez pas le rendu visible ci-dessous (exemple de Mount Teide).

GoogleEarth3

 

 

Sans l'affichage des Bâtiments 3D, vous n'aurez pas le rendu visible ci-dessous (exemple de Berlin), et les angles de vues proposés perdront leur intérêt. Notez cependant que l'affichage des bâtiments 3D prend plusieurs secondes, et que si vous activez la fonctionnalité "lancer la visite", qui vous emmène séquentiellement sur les 30 lieux proposés, la plupart des bâtiments n'auront pas le temps de s'afficher.

 

GoogleEarth4

 

 

Comme dans le fichier proposé précédemment, les commentaires sont en anglais et français. Je suis preneur de vos retours, remarques ou corrections pour améliorer ce fichier que je remettrai sans doute à jour de temps à autre.

 

20/09/2011 : Mise en ligne de la version 2.0

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 22:17

Mise à jour du fichier le 20/09/2011

 

Il y a quelques années, j'avais proposé deux articles présentant la succession de maisons et de studios dans la vie et carrière musicale de Mike Oldfield. Après la parution de Changeling, la biographie de Mike Oldfield, et à l'aide des nombreuses interviews dans lesquelles Mike avait présenté ses studios (comme celle-ci par exemple), j'avais commencé à recenser les différentes étapes de la vie d'Oldfield sur Google Earth.

 

Je crois qu'un tel fichier avait déjà proposé sur un site allemand ou espagnol, mais je ne l'ai pas retrouvé. Le site allemand tubular-world a quant à à lui traité de vues sur Google Earth dans une rubrique encore consultable.

 

Toujours est-il que j'ai enfin bouclé une version de ce parcours des lieux de vie de Mike Oldfield depuis le 15 mai 1953. Vous pouvez télécharger le fichier kmz suivant : Mike-Oldfield-s-living-places-2.3.kmz  et l'ouvrir dans Google Earth (ou bien le lancer directement).

 

MikeGoogle

 

Les punaises vertes indiquent les bâtiments localisés précisément, les punaises jaunes des lieux plus vaguement identifiés. Les commentaires sont en anglais et français. Les lieux sont indiqués en anglais.

 

Un deuxième fichier recense des lieux plus ou moins liés à la musique de Mike (Hergest Ridge, Penrhos Court, The Lake, etc.). Voir l'article la musique de Mike Oldfield sur Google Earth.

 

J'espère mettre à jour et proposer d'autres versions de cette visite virtuelle en fonction de vos retours.

08/09/2011 : version 2.0

09/09/2011 : version 2.1 (localisation précise du chalet dans lequel Mike Oldfield a enregistré Discovery)

09/09/2011 : version 2.2 (localisation supposée de la maison de Bunyola où Mike Oldfield a vécu un an en 2008=

20/09/2011 : version 2.3 (localisation de Monks Way précisée)

Repost 0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 11:24

A la suite de l'article reprenant le Mike Oldfield Music Reference Guide de Chris Kimber, voici une série de références supplémentaires concernant l'album Platinum.





    Reprises (suite)   

18. Le thème situé à la fin du morceau Platinum dans l'album du même nom est repris d'un thème au piano du film Reflection, composé par Mike Oldfield vers 1976.
[05’43] dans Platinum
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/Platinum/Platinum-extr3.mp3&

[15'05] dans Reflection
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/Platinum/Reflection-Pt2.mp3&


19. Le thème du refrain du morceau original Sally (présent uniquement sur les premiers pressages de Platinum avant d'être remplacé par Into Wonderland) est repris dans le morcceau Airborne. Il est également suggéré dans l'intro de Punkadiddle (de façon un peu différente). 
Refrain dans Sally
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/Platinum/Sally-chorus.mp3&
[03'26] dans Airborne
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/Platinum/Airborne-Sally.mp3&
[00’25] dans Punkadiddle
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/Platinum/Punk-Sally.mp3&



Repost 0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 09:00

Le Mike Oldfield Music Reference Guide est un guide établi par Chris Kimber, traduit pour ce site avec l'autorisation de son auteur.

Chris Kimber, dipômé de la Guildhall School of Music, est un compositeur (voir son
site personnel) né en 1972, dont le parcours musical a été influencé par Mike Oldfield, découvert lors de son adolescence.


Ce guide référence des moments intéressants de la musique de Mike et comprend plusieurs parties qui couvrent les reprises qu'il a fait de lui-même et d'autres compositeurs, les liens entre les morceaux, les erreurs et d'autres détails intéressants qui ne sont pas facilement audibles.

Quand c'est approprié, les temps des versions CD ont été utilisé pour permettre à l'auditeur de  s'y retrouver facilement et rapidement. La musique concernée par ce guide n'est que ce qui a été publié officiellement, et ne comprend pas les vidéos, pirates ou les promos rares, etc.

Bien que certains de ces points peuvent faire l'objet de débats, ce guide est fait dans l'optique de trouver des détails et de décider par soi même s'ils sont pertinents ou pas.

Chris K.


Note : La version reprise ici est la version 1.6, disponible également (en anglais) sur tubular.net.
L'auteur ne l'a pas mise à jour depuis plusieurs années, les derniers albums ne sont donc pas présents dans ces grilles.



    Reprises   

1. La suite d’accords de Tubular Bells part 2 pendant le passage du Piltdown Man (l’homme des cavernes) est utilisée comme riff dans le passage de fuzz guitar d’Hergest Ridge part 2. 
[14’29] dans TB part 2
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef1-TB.mp3&

[11'58] dans HR part 2
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef1-HR.mp3&

2. L’introduction de Tubular Bells s’est glissée au début de la chanson Five Miles Out
[00'00] - TB Part 1
[00'10] - FMO


3. Pendant le solo du concert de Tubular Bells part 1 dans l’album Exposed, le solo reprend des passages d’Hergest Ridge et d’Ommadawn
[10'53] à [11'17] – TB Live
[11'23] - HR
[06'11] - Ommadawn


4. Le riff de basse à la fin de Tubular Bells est repris dans Charleston dans l’album Platinum.
Merci à Adam Cohen
[17'23] - TB
[02'07] - Charleston


5. Le thème "Horseback" utilisé dans la chanson située à la fin d’Ommadawn part 2, que Mike avait à une occasion évoqué sous le nom de « air de promenade », apparaît plusieurs fois dans sa musique.
[0'00] - On Horseback (soit [13'56] - Ommadawn part 2)
[11'58] - HR part 2
[04'40] - First Excursion
[07'24] & [07'43] - Taurus 1 
et sans doute d’autres encore...


6. La ligne de basse dans Incantations part 4 dans le passage avec les Marimbas est reprise dans Taurus 1 (QE2). Cependant, l’idée de cette ligne de basse est également évidente dans Hergest Ridge
[03'00] - Incantations part 4
[03'34] - Taurus 1
[02'38] - HR


7. Le solo au synthétiseur dans Conflict (QE2) est réadapté au début d’Orabidoo (Five Miles Out). 
[02'02] - Conflict
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef7-Conflict.mp3&
[00'54] à [01'20] - Orabidoo
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef7-Orabidoo.mp3&


8. Un des nombreux thèmes d’Amarok s’entend très clairement dans She Moves Through the Fair (Voyager). Il est interprété au violon du côté droit. 
[37'54] - Amarok (par exemple)
[03'15] - She Moves Through the Fair

9. Un autre thème d’Amarok sert de base à la mélodie de Let There Be Light (TSODE). 
[08'37] - Amarok, à la flûte
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef9-Amarok.mp3&

[09'44] - Amarok, à la guitare électrique
[00'10] - LTBL, bien que cette mélodie apparaisse plusieurs fois tout au long de l’album.
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef9-LTBL.mp3&


10. Le thème de The Wind Chimes (Islands) est repris dans Amarok
[00'13] - TWC part 1
[12'45] - Amarok, avec une harmonie différente

11. Pendant Conflict (QE2) le synthétiseur reprend le dernier mouvement (appelé Badinerie) de la Suite No. 2 en Ré Mineur, BWV 1067, de J.S. Bach. 
[01'07] - Conflict
[11'58] dans HR part 2
 

12. Dans Incantations part 3, par dessus le long solo de guitare, on peut entendre le thème de Hergest Ridge part 2 joué très lentement sur des cordes aiguës. Bien que non identique, il suit les même mouvements de haut en bas. 
[03'15] - HR part 2, au chant
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef12-HRvoices.mp3&

[02'34] - Incantations part 3
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef12-I30234.mp3&


13. Une partie du solo de guitare de Incantations part 3 est réutilisé comme intro de Punkadiddle (Platinum). 
[03'54] - Incantations part 3
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef13-I30345.mp3&
[00'00] - Punkadiddle
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/QRef13-Intro-Punk-A-Diddle.mp3&


14. Pipe tune (Face B de Cuckoo song) reprend un thème de Incantations
[02'38] - Incantations part 1 (mais aussi à sa fin)
[02'48] à la fin - Pipe Tune
 

15. Pendant le solo de Guilty en concert (Exposed), deux passages de Incantations sont repris. 
[04'05 à [04'27] - Guilty
[11'24] - Incantations part 3
[09'41] - Incantations part 4
 

16. Dans Music For The Video Wall (Face B de Magic Touch), il y a une reprise du début d’Evacuation de The Killing Fields – avec le même son de Fairlight.. 
[02'26] - MFTVW
[00'00] - Evacuation
 

17. Et puisque il est question des reprises, dans les paroles de No Dream dans Heaven’s Open, deux titres de chansons de Mike sont cités - Shadow on the Wall (Crises) et The Time Has Come (Islands). Après SOTW, il y a même un son de guitare heavy proche de celui de la chanson originale. 
[01'49] - No Dream (SOTW)
[02'00] - No Dream (TTHC) 


Voir des reprises supplémentaires dans cet article.

 
     Liens     

Ici sont indiqués les endroits où Mike a réutilisé une idée plutôt qu’effectué une reprise directe. Ca peut être, par exemple, une simple similitude mais j’ai pensé que ça valait le coup de les relever. J’aurais pu inclure TB / TB2 mais cela aurait été trop évident – donc je ne l’ai pas fait ! 
1. Bien que pas à la note près, il y a une référence à Crises dans The Wind Chimes part 2
[00'37] - Crises, ici dans le style de TB.
[15'42] - TWC
2. Presque une reprise directe du riff du passage de fin de Tubular Bells dans The Wind Chimes part 2.
[17'23] - TB
[17'44] - TWC
3. Une idée rythmique est utilisée dans Sentinel (Tubular Bells 2) de la même façon qu’elle l’était dans Crises.
[00'37] - Crises
[00'34] - Sentinel 
Le rythme étant 0-0-00-0-0-00-0-
4. Un groupe de 5 notes montantes est présent dans Incantations, Pipe Tune et Only Time Will Tell (The Songs of Distant Earth)
[00'00] - I part 2 [01'05 - I part 1, par exemple.
[00'27] - Pipe tune
[02'12] - Only Time Will Tell
5. Une suite d’accord apparaît plusieurs fois dans la musique de Mike, sous toutes les clés possibles, par exemple Sol mineur, Fa, Ré mineur 7, (parfois Mi), Sol mineur.
Exemples: TB part 2 – Le solo de guitare avant le Sailor’s hornpipe (voir aussi liaison #7)
HR, solo de hautbois
Guilty est également basé sur ça bien qu’il y manque l’accord Fa et la fin du Ré majeur.
[09'18] - Orabidoo
Autres exemples : Only Time Will Tell, Northpoint, Jungle Gardenia
6. Le thème d’Incantations est préempté dans "First Excursion" (Boxed
[4'05] - First Excursion
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/LRef6-First-Exc.mp3&
Incantations, partout !
Il a été également souvent réemployé dans Platinum, par exemple : [01'05] à [01'38] - Charleston, au piano
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/LRef6-Charleston.mp3&
Il est également repris pendant la reprise de TB (cf. Reprises #4) donc c’est que deux morceaux sont repris en même temps !!
7. En voici maintenant un qui est extraordinaire.Bien que ce ne soit pas un dsique de Mike Oldfield, le morceau Why Are We Sleeping de l’album "BBC Radio 1 Live in concert Kevin Ayers" préempte à la fois le passage final de Tubular Bells, et le contenu harmonique d’Incantations. Je ne peux que supposer que Mike a écrit ces parties de la chanson d’Ayers, sinon Ayers se serait plaint !
TB part 2, passage de solo de guitare (avant le Sailor’s hornpipe)
[05'07] à [08'48] - Why Are We sleeping
L’ouverture de WAWS fait vraiment penser à Incantations.
8. Orabidoo et Taurus 2 sont bien sûr très similaires – étant du même album – mais c’est inhabituel pour Mike de se copier lui-même si précisément dans deux différents morceaux.
Le passage de "fugue"
[07'00] - Orabidoo
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/LRef8-FugueOrabiddo.mp3&
[02'00] - Taurus 2
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/LRef8-Fuguet2.mp3&
et le passage de [07'50] à [08'33] dans Orabidoo est pratiquement identique au passage de [02'18] à [03'03] dans Taurus 2 (bien que dans Taurus 2 il soit un peu plus lent et surtout plus court !)
 
 
    Erreurs       
Ici sont indiqués les endroits où quelque chose s’est mal passé ! Mike est bien sûr quelqu’un de très attentif en studio mais parfois les choses vont de travers. Ici j’ai relevé les endroits où je pense qu’il y a des erreurs dans l’interprétation ou plus souvent dans le mixage et l’édition.
1. Dans Hergest Ridge part 1, il y a quelque chose qui me fait penser à un raccord louche (quand deux segments de musique mixée sont collés ensemble). Cela est trahi par la perte de définition dans le son de guitare.
[11'26] - HR
2. Pendant Incantations part 2 il y a un tremblement qui laisse croire que le master a collé très brièvement pendant le mastering.
[[00'58] - Incantations part 2
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/ERef2-Wobble.mp3&
3. Dans Tubular Bells part 1, pendant le morceau au grondement grave, la contrebasse du côté gauche disparaît pendant un instant –revient– et disparaît de nouveau. C’est probablement à cause du trop fort remplissage des pistes alors qu’ils essayaient d’enregistrer autant qu’ils pouvaient et quelqu’un a dû appuyer sur « enregistrement » trop tôt ! 
[07'37] - TB part 1 (côté gauche)
4. Une paire de tops fantômes sont audibles dans Taurus 2 (Five Miles Out) ainsi que dans Wild Goose flaps its wings (Voyager)
[07'14] - Taurus 2 (merci Paddy!)
[03'32] - Wild Goose flaps its wings
5. Dans la partie aux cymbales « Hi-Hat » de Taurus 2 (Five Miles Out) il y a quelque chose qui ressemble à un "punch-in" louche (quand un enregistrement est commencé pendant une prise précédente)
[08'25] - Taurus 2
6. Il me semble qu’il y a une fausse note dans la "Double Speed Guitar" pendant la partie avec Viv Stanshall dans Tubular Bells part 1.
[21'37] - TB part 1
7. J’ai bien peur que ce soit un cas d’impression à travers (quand l’information sur la bande fuit sur la couche voisine) qui ait touché Incantations part 2. Le résultat est que l’on entend la musique avant qu’elle ne démarre - une sorte de pré-écho. 
[07'15] - I part 2
8. Un autre raccord peu soigné dans Hergest Ridge où nous perdons presque un demi temps.
Merci à David Porter.
[19'40] - HR
9. L’album Five Miles Out souffre de nouveau pendant Orabidoo quand une section de cordes se trouve disparaître et réapparaître de façon plutôt louche. Merci à Marcus pour me l’avoir rappelé!
Orabidoo – la section de cordes du côté gauche est coupée à [10'37] et revient à [10'50]
10. Edition numérique amusante dans la chanson Gimme Back (Heaven's Open). Je suppose que MO devait mixer deux prises ensemble, mais cela ne rend pas très bien.
Merci à Rory Ewins.
[01'53] - Gimme Back (I want my b-eat)
 
 
    Autres détails intéressants      
1. Dans Amarok, "Fuck off RB" est transmis en morse !
[[48'05] à [48'42] - Amarok, joué sur un son de cuivres aigus
dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/26/50/67/MORG/ARef1-Amarok-Morse.mp3&
2. A la toute fin de In Dulci Jubilo il y a un miaulement de chat ! Cela a été vérifié par Leslie Penning.
Merci à David Porter.
[02'48] - In Dulci Jubilo 

3. Un autre animal présent dans Taurus 2 !
[07'05] à [07'10] - Taurus 2 (des oies qui jacassent)
 



Quelques détails pourraient être ajoutés à cette liste de Chris Kimber, par exemple :

- le rire et le "Fuck off (?)" de Mike à la fin de "Music from the Balcony" dansHeaven's Open
- la référence à la Grande sarabande d'Haendel dans "Women of Ireland" dans Voyager
- les reprises de thèmes de morceaux "disparus" (Sally et Excalibur) dans d'autres morceaux
- la basse de TB dans"Angelique" dans Light+Shade...

Repost 0
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 20:00

Dans la lignée des articles thématiques sur Mike Oldfield (ses maisons, studios, etc.), voici la première mouture d'un sujet qui me tient très à coeur : ses guitares. L'article se base sur une très vaste série d'articles, de débats de fans et d'interviews, et nombre des infos ici présentées seront encore complétées et améliorées au fil des semaines. Le sujet est d'autant plus ardu que je ne suis pas musicien moi-même. Vos commentaires et critiques sont les bienvenus !


 

Mike Oldfield détient une vaste collection d'instruments. Rien que sur le plan des instruments à cordes, Mike possède ou a possédé une quarantaine de guitares acoustiques et électriques, et plus encore si on prend en compte les guitares basses et les autres mandolines, banjo, bouzouki, etc. Ces nombreux instruments sont listés sur la page "instruments" du site tubular.net.

 

Lors de son déménagement de Chalfont St. Giles à la région de Bristol, au début de 2006, Mike a mis en vente une dizaine de ses instruments. L'émoi a été très vif chez les fans, les débats vifs et le bonheur intense chez les quelques uns qui ont pu ainsi acheter une guitare du musicien... d'autant qu'Oldfield a vendu, parmi ces guitares, quelques pièces emblématiques de sa carrière.

Rappelons-nous des quelques guitares électriques qui ont eu sa préférence au cours de sa carrière musicale.

 

 

La Fender Telecaster

 Oldfield1Tele.jpg

Mike Oldfield a fait l'acquisition de sa Fender Telecaster en 1969, lorsqu'il a formé le groupe de rock Barefeet avec son frère Terry. Cette Telecaster Blonde 1966 avait auparavant appartenu au musicien britannique Marc Bolan (1947-1977), du groupe T-Rex.

La Fender Telecaster (surnommée "Tele") a été conçue par Leo Fender dans les années quarante. C'est l'une des premières guitares électriques à corps plein (solid-body, c'est-à-dire dans caisse de résonance acoustique). Elle a été produite et commercialisée à partir de la fin 1950, d'abord sous le nom d' Esquire puis de Broadcaster (après quelques ajustements) et enfin sous le nom de Telecaster. Elle a un son très clair et claquant, et a été utilisé par des guitaristes tels que Keith Richards (The Rolling Stones), Steve Howe (Yes), Andy Summers (Police) ou Jonny Greenwood (Radiohead).

Cette guitare a marqué les premières oeuvres de Mike Oldfield. C'est la seule guitare utilisée dans l'album Tubular Bells, et sans doute aussi dans Hergest Ridge. C'est encore une des principales guitares d'Ommadawn et d'Incantations. Son usage est moins connu ensuite, Mike l'a sans doute utilisée jusqu'à ce qu'il s'équipe en Stratocasters, vers 82-83. Mike Oldfield a réutilisé cette guitare lorsqu'il a enregistré Tubular Bells 2003, mais en ajoutant cette fois les autres guitares électriques de sa collection.

La Telecaster faisait partie des dix guitares que Mike Oldfield a mis en vente en 2006, mais le prix de réserve n'a pas été atteint. Elle a été de nouveau mise au enchères au profit de l'oeuvre caritative de Mike (Sane) au moment de la parution de son autobiographie Changeling en mai 2007, mais de nouveau sans trouver preneur. 

 

 

Les Gibson (Les Paul) SG Junior

 Oldfield2SG.gif

Mike Oldfield a acheté une Gibson de forme "SG" (une Gibson SG/Les Paul Junior Type II de 1966) après Tubular Bells. Cette guitare a été volée au Beacon avec d'autres instruments pendant qu'il travaillait sur Ommadawn. Mike Oldfield a alors acquis une Gibson SG/Les Paul Junior de 1962, et s'en est abondamment servi dans l'album Ommadawn. C'est cette guitare qui aurait été utilisée pour les solos de la fin de la partie 1 et de la partie 2. Eclipsée ensuite par une autre guitare de marque Gibson, de 1977 à 1980, cette guitare est revenue au premier plan dans les albums des années 80, notamment QE2 et Five Miles Out. C'est la guitare utilisée de bout en bout par Mike Oldfield dans son concert à Montreux en 1981.

C'est une guitare remarquablement légère, que Gibson a produit à partir de 1961 pour relancer ses ventes de guitares, le modèle phare représenté par la Gibson Les Paul étant alors en perte de vitesse. La découpe du corps de la guitare, avec ses deux échancrures (faisant saillir deux "cornes"), permet un accès plus aisé aux dernières frettes. Le modèle a été légèrement modifié au niveau du manche en 1966 ("type II").

Détrônée comme guitare-phare de Mike par la PRS à la fin des années 80 (bien qu'utilisée encore sur Tubular Bells II), cette guitare faisait partie des 10 guitares mises en vente par Mike. Elle a été acquise par un fan vivant en Suisse.

Mike possédait également une autre SG Junior modifiée (avec un micro MIDI et plus de prises) surnommée "Gibsynth" et qui aurait été utilisée au début des années 80, par exemple sur le solo de Shine.

 

 

La Gibson L6S Deluxe

 OldfieldL6S.gif

Dans les photographies où Mike pose au milieu de ses instruments dans son manoir de Througham en 1976, on reconnaît sa Telecaster, sa SG Junior mais aussi une Gibson Custom noire (dite Black Beauty) qu'on verra très peu souvent par la quite. Dans l'année qui suit, Mike Oldfield acquiert une nouvelle guitare du manufacturier Gibson, une Gibson Les Paul L6-S qui sera sa guitare principale sur les albums Incantations et Platinum, de même que dans les tournées de 1979 (Exposed) et 1980 (Platinum Tour et Knebworth). C'est une guitare qui a 24 frettes (contre 22 pour la SG Junior) et on entend Mike les utiliser toutes dans la partie 3 d'Incantations, notamment. La L6-S utilisée lors de la tournée 1980 est un modèle Blonde 2 Humbucker customisé par le luthier A.C. Zemaitis en 1980, que l'on reconnaît à sa plaque argentée (Merci à  J. pour sa correction).

A l'époque (1980), Mike décrit la L6-S comme sa guitare favorite : "J'ai tendance à utiliser la touche en entier (toutes les frettes) et j'ai essayé de trouver une guitare impeccable jusqu'en haut, la L6S est bonne, mais pas aussi bonne que je le voudrais. Je pense que je devrais vraiment prendre une E335, maintenant elles sont vraiment bien accordées. Mais j'aime le manche de la L6S, sa forme est comme il faut et, pour moi, c'est un des aspects les plus importants, les micros ne sont pas si bons mais c'est compensé par les amplis, ils rendent n'importe quoi correct."

La Gibson Les Paul a été créée au début des années cinquante par le guitariste de jazz Les Paul pour Gibson Guitar Corporation, pour concurrencer la Fender Telecaster, dans un contexte d'engouement général pour les guitares électriques. La guitare a la forme d'une guitare acoustique, avec une seule échancrure en bas pour favoriser l'accès de la main gauche aux dernières cases les plus aigues (une forme qui rappelle la Telecaster, en plus arrondi). Le modèle L6-S, spécifique avec ses 24 frettes, n'a été produit qu'entre 1972 et 1979, la variante Deluxe n'ayant été produite qu'en 3500 exemplaires.

Mike Oldfield a également eu une Gibson Les Paul TV Model 1957 (vendue en 2006) ainsi qu'une Les Paul Special ivory 1959, mais on ne sait pas s'il en a fait usage de façon significative. Il a également acheté une E335 à l'époque de Tubular Bells 2.

Après 1980, il semble que cette guitare ait été détrônée par le retour de la SG Junior dans les faveurs du guitariste.

 

 

Les Fender Stratocaster    

 

StratFiestaRed.gif

Mike Oldfield possède plusieurs "strats". La (les) première(s) est achetée vers 1982 et est utilisée sur l'album Crises (on l'entend par exemple en intro de Shadow on the Wall). Lorsqu'il tourne la vidéo de "Moonlight Shadow", Mike possède au moins une stratocaster de finition dite "Sunburst". Dans ses passages télés, on le voit également avec une strat de finition bleue et une autre blanche et verte. Mais sa stratocaster préférée est le modèle de 1962 (ou 1961) qu'il a acheté en 1983 ou 1984, apparemment entre la sortie de "Moonlight Shadow" et l'enregistrement de Discovery. Un article consacré à cette guitare est accessible ici. Réputée comme étant sa guitare favorite, elle a finalement été mise en vente à son tour en décembre 2007.

Légère sur le plan de la maniabilité et polyvalente au niveau sonore, la stratocaster est sans doute la guitare électrique la plus emblématique par sa forme, avec des deux échancrures asymétriques. La forme a été conçue en 1953, inspirée par celle de la basse Fender Precision (Mike Joue d'une Fender Precision dans le livé télé BBC Second House de 1973). Cette guitare a été popularisée en Europe par Hank Marvin des Shadows, qui jouait justement d'un modèle de finition Fiesta Red, Fender ayant eu la bonne idée d'introduire de nouveaux coloris vifs dans ses modèles de guitares. 

 

 

Les PRS (Paul Reed Smith)

OldfieldPRS.gif 

 

Si sa strat rose saumon reste sa guitare favorite, la guitare que Mike utilise le plus depuis presque vingt ans est sa PRS Custom faite sur mesure par Paul Reed Smith.

Paul Reed Smith (né en 1956) est un luthier américain spécialisé dans les modèles hauts de gamme, et est devenu connu quand Carlos Santana a adopté une de ses guitares.

Mike Oldfield a acquis cette guitare en 1988 ou 1989, et s'en est abondamment servi à partir d'Earth Moving ;elle est très largement utilisée sur Amarok et il semble que ce soit la seule guitare sur Heaven's Open. Elle marque le passage de Mike a des sonorités très adoucies.

Mike a possédé plusieurs modèles, dont un avec un micro MIDI qui a servi à faire la guitare "saxophone" sur Tres Lunas et qui a été vendue en 2006.

Il possède toujours son modèle custom fait sur mesure, qui a été mise en avant dans tous ses concerts des années 90, et encore récemment lors de la tournée Night of the Proms en Allemagne et Espagne.

 

 


 

Les guitares mises en vente par Mike Oldfield en février 2006 : 

  • Fender Telecaster 1967 (Only electric used on Tubular Bells) £POA -pas encore vendue-
  • Fender Precision 1960 Frets taken out to be fretless £2295
  • Gibson Les Paul Junior 1957 TV Yellow Modified £2995 -vendue à un fan écossais-
  • Gibson Les Paul Jnr SG Shape 1961 £2695  -vendue à un fan suisse-
  • Gibson Les Paul Jnr SG Shape 1963 Heavily modified £1395  -vendue à un fan anglais-
  • PRS Custom 24 GK Pickup £1950  -vendue à un fan anglais-
  • Martin D28-12 1973 12 String Acoustic £1695  -vendue à un fan allemand-
  • Taylor K22 Custom Small Bdied Koa Aoustic £2400  -vendue à un fan-
  • Ramirez Flamenco Guitar 1975 Cyprus / Cedar £1350  -vendue à un fan anglais-
  • Ovation Adamas 1621 Redburst £POA  -vendue à un fan espagnol-
  • Deering 5 String Banjo Intermediate £995
  • John Le Voi Handmade Bouzouki £750
  • Wal 4 String Bass £1195

Les guitares mises en vente par Mike Oldfield en décembre 2007 : 

  • Fender 1961 Stratocaster Salmon Pink £POA -
  • MJV Mandolin £POA
  • Ramirez Short Scale Classical 1999  £POA -
Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 00:10

Bien que la date puisse inciter à le croire, cette histoire de lion n'est pas un poisson d'avril !

 

Autour de 1976, à l'époque où Mike Oldfield habitait l'immense manoir de Througham Slad, dans la campagne du Gloucestershire, un jeune lion nommé Clyde a été hébergé quelque temps dans la maison de Mike.

Ce lion, né en captivité au zoo d'Edimbourg, avait environ un an et il était prévu de le relâcher dans la nature en Afrique. Avant ce voyage, il a séjourné à Througham, où il était gardé dans une cour close du manoir.

 

Phil Newell, qui a travaillé sur plusieurs disques de Mike Oldfield, et qui travaillait sur Boxed en 1976, a conservé un souvenir douloureux de cet animal, ainsi qu'il l'a rapporté à Dark Star dans un entretien publié en 2003. Phil Newell, qui avait l'habitude des lévriers d'Irlande du Manor (les fameux Irish wolfhounds, les plus grands chiens du monde), pensait tout savoir des gros animaux. Il a pourtant déchanté un jour, alors qu'il était assis sur une chaise à Througham : Clyde, qui était à ses côtés, a juste posé une patte sur lui et l'a secoué comme une brindille.

Plus marquant, un jour où Newell avait ouvert la fenêtre de la cuisine de Througham Slad (donnant sur la cour close), il s'est retrouvé avec le lion lui sautant dessus avant d'avoir eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Newell s'est alors souvenu des recommandations de la personne chargée de garder le lion quand il n'était pas enfermé : dans ces cas-là, il faut frapper le lion sur le nez et lui crier dessus. Phil Newell réussit alors à faire reculer le lion, juste le temps que d'autres personnes (y compris le gardien du lion) arrivent ! Pendant quelques années, Phil Newell a conservé des cicatrices à l'épaule et sur la poitrine en souvenir de cet épisode.

 

 


 Pour lire quelques autres extraits de l'entretien (en anglais) avec Phil Newell pour Dark Star, cliquer ici.

 

Repost 0
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 19:15

Dans un article antérieur, j'ai indiqué comment Mike Oldfield avait souvent changé de maison au cours de sa carrière. Dès 1974, Mike Oldfield a disposé d'un studio à domicile. Ceux-ci nous sont connus par d'innombrables photographies, car c'est là, en général, que Mike semble se prêter aux interviews et séances de pose. Après les extérieurs, voici donc les intérieurs...

 

The Manor

Les deux premiers albums n'ont pas été enregistré chez Mike mais au studio-résidence The Manor, propriété de Virgin. Après avoir ouvert une chaîne de magasins de disques en Grande-Bretagne, Richard Branson avait en effet investi dans ce qui lui semblait être un concept porteur : un studio permettant l'hébergement des musiciens. C'est ensuite (avec Mike Oldfield) qu'il se lancera dans la publication de disques.

Mike Oldfield a enregistré au Manor la totalité de Tubular Bells et d'Hergest Ridge, ainsi que les percussions africaines d'Ommadawn. Il y a aussi enregistré une partie de Platinum.

 

 

The Beacon

C'est là que Mike habite de l'automne 1973 à l'été 1975 et installe son premier studio (voir cet article). Il y compose Hergest Ridge (la crête "Hergest" se trouve en effet dans les alentours), et y enregistre Ommadawn. Le studio se trouve en haut d'une pente raide, ce qui n' a pas été sans problème pour l'acheminement du matériel et notamment du piano. Mike a vendu The Beacon en 1976 et a laissé le piano aux nouveaux propriétaires qui en ont fait un "Bed&Breakfast" -sans doute équivalent d'une chambre d'hôte- (le piano n'y était plus d'après ceux qui ont pu y séjourner). Entre deux, Sally Oldfield aurait habité au Beacon, et aurait converti le studio (la pièce du bas) en deux pièces séparées. En juin 2006, le Beacon a été vendu de nouveau et je ne sais pas s'il abrite toujours un Bed & Breakfast.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

Througham Slad

Mike y emménage à l'automne 1975 (Karl Dallas écrit un article sur sa maison en octobre) mais le studio n'est pas encore complètement installé au début de 1976. Argiers et Portsmouth, enregistrés alors avec Leslie Penning, nécessitent le renfort du matériel du Manor Mobile. Le studio est emménagé dans la grange, est c'est sans doute ce vaste volume qui a décicé Mike a acheter cette propriété : il souhaite en effet pouvoir travailler avec un petit orchestre. Cela donnera Incantations. On voit le petit studio en mezzanine, caractérisé par sa petite fenêtre ronde. C'est là également que Mike Oldfield est filmé pour le reportage "The Making of Blue Peter", où on le voit enregistrer Blue Peter. Il y enregistre aussi une partie de Platinum (sans doute Woodhenge et Punkadiddle).

 

 

 

 

 

 

Little Halings, Denham

Mike y emménage au cours de l'année 1979 (septembre, peut-être avant) et y termine Platinum (sans doute "Into Wonderland", ajouté dans l'urgence à la demande de Richard Branson). Le studio est décrit dans un article de 1983. Il comprend une partie "claire" carrelée et une partie douce avec liège, moquette et tapis. Il y enregistre QE2, Five Miles Out, Crises, sans doute des parties de "The Killing Fields" et "Pictures in the Dark". Maggie Reilly (et son fiancé) est logée un temps dans un appartement situé en dessous du studio, de façon à répondre au pied levé aux besoins d'enregsitrement de Mike Oldfield (apparemment Mike travaille souvent comme cela avec ses collaborateurs). C'est là que Mike Oldfield installe ses premiers équipements vidéo (avec lesquels il réalise le clip de Pictures in the Dark, à bases de prises de vue d'Aled Jones et d'Anita Hergerland  réalisées dans ses studios).

 

 

 

 

 

Le Caribou, Villars-sur-Ollon (Suisse)

Mike y passe une partie de l'année 1984, afin d'échapper aux impôts sur les revenus (ses revenus ayant été très important en 1983, avec le succès de Crises et de Moonlight Shadow). Il y enregistre Discovery avec un plan de travail étudié : ski le matin, enregsitrement l'après-midi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

Mégève et Saint-Paul de Vence (Alpes Maritimes)

Pas d'informations sur un éventuel studio dans la propriété française de Mike Oldfield, mais il est possible que ce soit là que Mike ait travaillé sur "The Wind Chimes" avec Pierre Moerlen (Mègève) et Simon Phillips (Anita Hegerland rapporte qu'elle a de bons souvenirs de Phillips lorsqu'il venait travailler sur ce morceau à Saint-Paul de Vence, et à l'époque Mike n'avait plus de maison en Angleterre).

 

Roughwood studios, Chalfont St. Giles

Mike s'y installe en 1988 avec Anita Hergerland. Il y réalise ses trois derniers albums pour Virgin ainsi que ses démos pour Tubular Bells 2 avec Tom Newman. Après avoir vécu en Californie, il y revient réaliser les vidéos de The Songs of Distant Earth et y réalise Voyager avant de partir vivre aux Baléares. Il y revient de nouveau en 1998 pour y terminer Tubular Bells 3 et y a depuis réalisé tous ses albums jusqu'à Light + Shade, de même que ses jeux multimédia MVR et Maestro.

Plan du studio

Mike devant ses claviers (Fruity Loops ?) dans la partie de son studio en pentagone 

 

Tockington

Mike Oldfield a déménagé en 2006 et s'est installé à 15 kilomètres de Bristol, près des Cornouailles anglaises, une région paraît-il prisée par les vedettes anglaises (comme Peter Gabriel...). Son nouveau studio a été au centre d'une interview pour le site http://www.recordproduction.com/ .  Il y a composé son dernier album, dont la sortie est prévue pour mars 2008. Il a quitté cette nouvelle résidence à la fin de 2007 pour s'installer une nouvelle fois en Espagne. 

Repost 0
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 23:57

Une des raisons de la grande variété de l'oeuvre musicale de Mike Oldfield est sans doute une forme d'instabilité chronique de Mike. En dehors de cette instabilité musicale, Mike a également été instable dans d'autres domaines : son entourage professionnel, ses guitares, sa vie familiale, mais aussi ses lieux de vie.

Mike Oldfield a souvent changé de maison dans sa vie. A partir de son troisième album, 'Ommadawn' (1975), il a aussi enregistré ses albums chez lui, ce qui permet de suivre ses déménagements en lisant les mentions sur les studios au dos des pochettes de disque !

 

Petit tour d'horizon des lieux ou à vécu le musicien :

1953 : Mike oldfield naît au Battle Hospital à Reading (Berkshire), entre Londres et Oxford, où il passe toute son enfance, d'abord à Monks Way, dans une maison jumelée, puis après 1956 dans un pavillon à Western Elms Avenue, dans un quartier aisé près du centre de la ville.

1966 : la famille Oldfield s'installe à l'est de Londres, à Redden Court Road dans la commune d'Harold Wood  (Essex).

1970 : Mike Oldfield, âgé de 17 ans, s'installe chez sa copine du moment à Pimlico, dans le centre de Londres. La relation n'est pas très longue, mais Mike reste encore quelque temps ensuite dans l'appartement (une colocation). A l'époque, il est bassiste dans le groupe de Kevin Ayers.

1971
: après une vie semi-nomade à effectuer des tournées pour Kevin Ayers, Mike demeure quelque temps dans un appartement près de Seven Sisters Road à Tottenham (quartier populaire du nord de Londres) où il enregistre sa démo de "Tubular Bells". Il retourne également fréquemment chez ses parents, dans l'Essex.

1972 : Mike réside à partir de novembre au studio/résidence "The Manor" à Shipton-on-Cherwell (Oxfordshire) afin de pouvoir enregistrer "Tubular Bells" quand le studio d'enregistrement est inoccupé.

1973 : après l'enregistrement de "Tubular Bells", Mike Oldfield est hebergé temporairement dans la péniche de Richard Branson (le patron de Virgin), à Little Venice, près de Notting Hill et d'Abbey Road, à Londres.

A l'automne 1973, Mike Oldfield fait l'acquisition d'une maison dans les environs de Kington, dans un coin retiré du Herefordshire, aux frontières du pays de Galles. Cette maison est appelée "The Beacon" (le Phare), et est située en haut d'un coteau, ce qui n'est pas sans poser problème pour l'acheminement des instruments de musique, comme le piano.... La maison est également à proximité d'une crète nommée "Hergest Ridge" et du mur d'Offa. Mike Oldfield y compose "Hergest Ridge", qui sera enregistré au Manor et y compose et enregistre "Ommadawn" en 1975. La maison est évoquée dans ce passage de l'autobiographie de Mike Oldfield.

A la fin de 1975, Mike s'installe au manoir Througham Slad, dans le village de Througham près de Bisley (Gloucestershire), où il aménage un grand studio dans une grange. C'est là que sont prises les photos du coffret Boxed. La maison est partiellement décrite dans cet article. Mike Oldfield y enregistre "Incantations" et une partie de "Platinum".

Througham Slad

En 1979, Mike déménage à Little Halings, Tilehouse Lane à Denham (Buckinghamshire), pour se rapprocher de Londres et d'un aérodrome où il peut assouvir sa nouvelle passion pour l'aviation. Il s'y fait construire un nouveau studio, connu par cet article. Il y enregistre une partie de "Platinum", ainsi que les albums "QE2", "Five Miles Out" et "Crises".

Mike, Sally Cooper tenant Molly, devant la maison de Denham, 1980

Mike devant sa maison de Denham, en 1982

En 1984, Mike Oldfield vit une petite année d'évasion fiscale en Suisse, dans un chalet nommé "le Caribou", à Villars-sur-Ollon (Vaud), où il enregistre "Discovery". Egalement dans les années 80, Mike réside occasionnellement en France, à Saint-Paul-de-Vence, où il a (avait ?) une propriété.

"Recorded in the Swiss Alps at 2000 metres within sight of Lake Geneva on sunny days"

En 1986, Mike Oldfield se sépare de Sally Cooper, mais lui laisse la maison de Denham pour qu'elle puisse y vivre avec leurs trois enfants. Mike Oldfield, qui forme un nouveau couple avec Anita Hegerland, vit quelque temps en France : à Mégève (où Pierre Moerlen vient enregistrer les vibraphones d'"Islands"), à Saint-Paul de Vence (où il donne encore des interviews en 1989) puis de nouveau au Royaume-Uni à Marlow (20 km à l'ouest de Denham), où il loue une maison.

En 1988, Mike Oldfield s'installe à Roughwood Croft, dans Nightingales Lane à Chalfont St. Giles (Buckinghamshire), à 10 km de son ancienne maison de Denham. Il peut ainsi voir régulièrement ses enfants les week-end.

Mike et Fanny devant la maison de Chalfont St. Giles en 1999

En 1992, Mike s'installe à Los Angeles, dans les collines d'Hollywood, au moment de l'enregistrement et de la sortie de "Tubular Bells 2" et de la composition de "The Songs of Distant Earth", dans une maison qu'il aurait achetée, ou bien vendue selon les versions, à John Cleese, ex-Monty Python, qui deviendra onze ans après le Master of Ceremonies de "Tubular Bells 2003".

En 1994, Mike revient à Chalfont St. Giles, et songe à se faire construire la maison de ses rêves. Il trouve un terrain à Ibiza.

En 1997, Mike achève sa villa "Atlantis" au prix de £2 millions à Es Cubells sur la Mer Méditerrannée, en vue de l'île de Vedra, que l'on voit sur la pochette de l'album "Voyager". Il a également eu auparavant une maison à Majorque, autre île des Baléares. Pendant la construction de la maison, il a logé dans un hôtel appelé Las Brisas de Ibiza.

C'est là qu'il compose et enregistre une partie de "Tubular Bells 3", avant de battre en retraite dans sa maison anglaise de Chalfont St. Giles, après ses délires espagnols, en 1998. La maison d'Ibiza sera finalement vendue à Noel Gallagher, du groupe Oasis. Noel Gallagher a récemment gagné un procès contre Mike, suite à la découverte de problèmes d'instabilité du terrain d'Ibiza.

2006 : un article du Mail On Sunday indique que Mike est retourné dans le Gloucestershire, dans une propriété du 19e siècle où il vit avec son épouse française, ses chiens et ses chevaux, à Tockington, au bord de la Severn. Des fans anglais ont confirmé avoir vu sa maison de Chalfont St. Giles en travaux.

  
2007 : deux articles parus en octobre dans This is London et The Sunday Times portent sur le départ de Mike Oldfield pour l'Espagne. La maison de Tockington a été mise en vente. Il semble que Mike se dirige de nouveau vers les Iles Baléares.

OldHouse.jpg



 Pérégrinations




Récapitulatif :

 

1 - Reading, Berkshire

2 - Harold Wood, Essex

3 - Londres (Pimlico, Tottenham et Little Venice)

4 - The Manor, Shipton-on-Cherwell, Oxfordshire

5 - Kington, Herefordshire

6 - Througham, Gloucestershire

7 - Denham, Buckinghamshire

8 - Chalfont St Giles, Buckinghamshire

9 - Tockington, Gloucestershire Sud

 


 

Voir ici  l'article associé sur les studios de Mike Oldfield.

Repost 0
22 mars 2006 3 22 /03 /mars /2006 12:01

Sur cette photo très récente de Mike Oldfield, parue dans la presse britannique en mars 2006, on voit le musicien avec une de ses guitares emblématiques, reconnaissable à ses couleurs rouge et blanche.

 

Cette guitare est bien connue des fans, qui l'ont vue à plusieurs reprises dans ses concerts (Edinburgh 92, tournée 99...) mais aussi sur la pochette du 45 tours "Pictures in the Dark". On la retrouve aussi parmi les guitares exposées dans le livret de l'album 'Guitars' (1999), parmi les objets flottant sur la pochette de 'The Millenium Bell' (1999), et sans doute est-ce l'une des deux guitares qui forment l'emblème de la compilation 'Elements'.

 

Cette guitare est une Fender Stratocaster Fiesta Red de 1962 (millésime à vérifier), une des guitares que Mike a le plus utilisé dans les années 80. Avec un traitement particulier à l'amplification (beaucoup de compression), elle donnera un son pur et étincelant, qui sera une des caractéristiques du son de Mike dans ces années-là. D'après la discographie de Richard Carter, que l'on retrouve dans le site du fan-club officiel, la stratocaster est apparue pour la première fois sur l'album 'Crises' (1983). Il devait s'agir alors de la Strat de finition sunburnt que l'on voit dans la vidéo de Moonlight Shadow. La guitare rouge et blanche de Mike semble plutôt avoir été achetée après la sortie de cette chanson, mais avant l'enregistrement de Discovery.

 

D'après un des animateurs du forum de tubular.net, bien que l'on voit Mike jouer de cette guitare dans les vidéos de "To France", "Tricks of the Light" et "Pictures in the Dark" (1984 et 1985), il est plus probable que Mike ait joué ses solos sur une autre guitare, probablement sa Gibson L-6S. Précision de fan, la "strat" de Mike serait de la variante "rose saumon" ou "rose flamant", différente d'une variante plus dans les tonalités orange. Un autre fan a remarqué que cette guitare avait une grosse rayure sur un côté, et forme l'hypothèse qu'elle date de la vidéo d'"Innocent" (1989), où Mike jette sa Stratocaster par terre. En fait il s'agirait plutôt d'une usure naturelle de la laque recouvrant cette guitare.

 

En 2001, Mike Oldfield dit lors d'une interview, en parlant de ses guitares : "Ma préférée est une Stratocaster rose-saumon, elle est de la même sorte utilisée par Hank Marvin avec les Shadows". Hank Marvin est effectivement l'artiste qui a rendu populaire le modèle Fiesta Red de la "strat", la Stratocaster étant une des guitares mythiques de l'histoire du rock, adoptée aussi par des artistes tels que Clapton.

Sur la Stratocaster, il semble que Mike Oldfield utilise des cordes de taille différente, apparemment plus épaisses que sur ses autres guitares.

 

Mike Oldfield a vendu une dizaine de ses guitares en février 2006. Ce n'était pas le cas de cette Stratocaster, qui semblait alors rester parmi ses favorites, même s'il travaillait déjà alors surtout sur des PRS depuis l'album 'Earth Moving' (1989). La Fender avait encore été utilisée pendant la tournée Night of the Proms fin 2006-début 2007.

 

StratFiestaRed.gif

 

 











Mais il semble que l'envie de Mike de rompre avec son passé et/ou de prendre sa retraite (?) ait été plus forte, puisque cette guitare a été finalement mise en vente à son tour en décembre 2007.


Strat.jpg
Repost 0
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 18:48

 

La vie familiale de Mike Oldfield a parfois influencé sa musique. On a déjà vu comment il a pu rendre hommage à sa mère à au moins deux reprises ("In Dulci Jubilo" en 1975 et "Crime of Passion" en 1984). La même chose est vraie pour la famille qu'il a construit... ou plutôt "les" familles. Si Mike Oldfield a eu une oeuvre prolifique, cela est vrai également de sa vie sentimentale... et de sa descendance !

La vie sentimentale de Mike Oldfield est peu connue jusqu'en 1978, et n'a pas semblé très stable. Entre autres faits vaguement connus, il aurait vécu une courte histoire avec une musicienne, Maggie Thomas et sa petite amie en 1976 serait la fille du musicien Alan Hacker,  qui le sollicite pour composer la musique du documentaire 'Reflections', sur lequel on trouve des morceaux que l'on retrouvera notamment dans "Incantations" ou "Platinum"...

 En 1978, Mike Oldfield suit une thérapie brève contestée ("exegesis") qui fera l'objet d'un article sur ce blog à l'occasion. Dans les jours qui suivent cette thérapie, il épouse Diana Fueller, la fille du "gourou" de la thérapie, pour en divorcer quatre semaines après. On ne sait pas combien lui a coûté l'aventure...

En 1979, il rencontre Sally Cooper, qui travaille chez Virgin, et semble en tomber fou amoureux, au point de lui consacrer une chanson loufoque "Sally", que l'on ne trouve que sur les premiers pressages de 'Platinum' (1979). La chanson déplaisant à Richard Branson (patron de Virgin), Mike la remplace par la plus conventionnelle "Into Wonderland", que l'on retrouve aussi sur les versions CD, malgré la mention "Sally" sur les pochettes. Mike n'épouse pas Sally, mais lui fait tout de même trois enfants : Molly (1980), Dougal (1981) et Luke (1986).

Sur l'album 'QE2' (1980), Mike place une petite berceuse intitulée "Molly" et glisse quelques images de sa fille dans la vidéo du morceau "Wonderful Land".

 

Sally partage la vie de Mike six ans durant, mais ils se séparent vers la fin 1985 ou  en 1986 peu avant la naissance de Luke (sa relation avec Luke lui inspirera la chanson "Holy" en 1989). Mike laisse à Sally et aux trois enfants sa grande maison de Denham et part s'installer dans un nouveau manoir à proximité, à Chalfont-Saint-Giles avec la chanteuse norvégienne Anita Hergerland, avec laquelle il avait travaillé en 1985 ("Pictures in the Dark") et qu'il fera chanter sur les albums 'Islands' en 1987, 'Earth Moving' en 1989 et 'Heaven's Open' en 1991.

Anita et lui auront deux autres enfants, Greta (1988) -qui a inspiré la chanson "Far Country" en 1989- et Noah (1990), mais, les choses semblent se répéter et le couple se sépare en 1991, au bout de quelques années de vie commune. Anita repart vivre en Norvège avec les deux enfants. Mike avouera rencontrer des problèmes relationnels liés à l'expérience qu'il a eu vis-à-vis de sa mère (cf. un article plus ancien).

La vie amoureuse de Mike dans les années 90 est quelque peu chaotique, est-ce la fameuse "mid-life crisis" qui saisit Mike passé la quarantaine ? On le trouve en compagnie d'une jeune espagnole au nom de Rosa Suárez en 1992-94. Puis il passe quatre années chaotiques avec une munichoise, Miriam Felber, qui le suit dans ses (mauvais ?) trips à Ibiza. Le couple connaît plusieurs ruptures. En 1998-1999, Mike Oldfield connaît une nouvelle période d'instabilité sentimentale qui s'étale dans la presse tabloïd anglaise.

 

Finalement, Mike reprend contact avec la jeune française Fanny Vandekerckhove, qu'il avait rencontré à Ibiza, où elle travaillait dans un hôtel. Elle s'installe chez Mike et leurs démêlés défrayent également les tabloïds anglais dans un premier temps, mais finalement leur histoire se consolide, puisque Mike a épousé Fanny, avant la naissance d'un petit garçon, Jake (2004). Dans l'interview qu'il a livré au Daily Mail en mars 2006, Mike Oldfield semble rasséréné et comblé par sa nouvelle paternité. En 2008, le couple a un deuxième garçon, Eugène (le septième enfant de Mike !) puis part s'installer aux Bahamas, dans un cadre qui semble idyllique. Cela n'a semble-t-il pas suffit à éviter des difficultés apparemment insurmontables. Le 4 novembre 2013, l'assistante personnelle de Mike annonce la séparation du couple et le déroulement d'une procédure de divorce.

 

La famille de Mike Oldfield est occasionnellement associée à son travail. Des exemples ont déjà été cités. On peut en ajouter quelques autres : Greta Oldfield (que le voit dans la vidéo d'Innocent) est créditée pour la narration (lecture d'extraits du journal d'Anne Franck) sur le titre "Liberation" en 1999, tandis que Molly Oldfield est créditée sur l'album 'The Songs of Distant Earth', pour une contribution qui semble plutôt symbolique ! Il est possible que Molly Oldfield soit aussi à l'origine de la voix d'enfant qui compte 'one, two, three' pendant la chanson "Pictures in the Dark", mais ceci n'est pas rigoureusement établi. Fanny Vanderkerckhove a été associée quelque temps au site web officiel de Mike Oldfield, à l'époque où il servait de point de ralliement aux joueurs de Music Virtual Reality et Maestro. Il est possible qu'elle ait contribué à donner à Mike l'idée de faire un album de musique classique.

Repost 0